PORTIQUE MILIEU CONFINÉ (SUR DEMANDE)

Capture d’écran 2021-09-16 144825
Capture d’écran 2021-09-16 144825
Capture d’écran 2021-09-16 144825
Demandez un devis
Une question ou un besoin spécifique ? Contactez-nous

CAHIER DES CHARGES

Des trémies et circuits souterrains nécessitent des visites périodiques, des contrôles, de l’entretien. La trappe de visite se situe généralement au sol. Il faut que l’opérateur puisse intervenir en toute sécurité, descendre dans cette cavité, en remonter et, éventuellement, que la personne restée à l’extérieur puisse l’aider à en sortir ou l’évacuer. Pendant les travaux, la zone doit être sécurisée.

LA STRUCTURE

La conception de la potence ou de la poutre doit permettre à l’intervenant de se présenter devant la trappe en étant en sécurité. Pour cela, il doit avoir la possibilité de se connecter à l’extrémité de son antichute. Il pourra alors ouvrir la trappe et entamer sa descente. Lors de sa remontée, conscient ou non, il doit pouvoir, seul ou avec aide, sortir aisément. Pour cela une certaine distance est nécessaire entre l’extrémité de l’antichute et l’accrochage dorsal du harnais.

LES RÈGLES À RESPECTER

La conception de la potence doit permettre à l’intervenant de se présenter devant la trappe en étant en sécurité. Pour cela, il doit avoir la possibilité de se connecter à l’extrémité de son antichute. Il pourra alors ouvrir la trappe et entamer sa descente.
Lors de sa remontée, conscient ou non, il doit pouvoir, seul ou avec aide, sortir aisément. Pour cela une certaine distance est nécessaire entre l’extrémité de l’antichute et l’accrochage dorsal du harnais.

LA STRUCTURE

On tiendra compte de la nature du sol pour choisir un bandage des roues ou roulettes adapté.

NOTRE ANALYSE

La potence ou le portique doivent être manutentionnés sans effort, venir se positionner de part et d’autre de la trappe en délimitant la zone à risque lorsque celle-ci est ouverte (ici c’est la trappe). Le tout doit être monobloc de façon à ce que les contraintes soient minimes pour les intervenants et qu’il n’y ait aucun oubli dans la procédure d’intervention. Soit nous avons à assurer uniquement la fonction « sécurité » soit « sécurité et/ou évacuation » soit « accès et sécurité et/ou évacuation ».

- Sécurité : le moyen d’accès étant existant, il faut sécuriser l’intervenant lors de sa descente et de sa montée. Ceci sera fait à l’aide d’un antichute dont la longueur sera au moins égale à la profondeur de la cuve, l’extrémité du câble ou de la sangle, étant accrochée à l’anneau dorsal de l’intervenant.
- Sécurité et/ou évacuation : certaines cuves peuvent présenter des problèmes de toxicité pour l’intervenant bien qu’on ait pris la précaution de les ventiler. On palie ce risque en ayant recours à un antichute à rappel automatique avec fonction récupérateur.
- Accès et sécurité et/ou évacuation : aucun accès n’existe et/ou ne peut rester à demeure dans la cuve. Dans ce cas, il est possible de rajouter sur le pied de la potence un treuil à câble (manuel ou électrique), l’intervenant étant assis sur une sellette.